Salut Public

Déclaration
de Naissance
du Comité
de Concarneau

-:-o-:-

(…suite à la lecture du texte d’Arlette Lacroix
(En Ligne Directe)
et de la situation mondiale que nous constatons…)

Les membres signataires du présent manifeste se déclarent volontaires pour mener à bien le projet qui les intéresse, faire que chacun du Peuple soit magnifiquement Heureux, Ses représentants s’exprimant et agissant dans les intérêts de Celui qui leur délègue ce mandat.
En conséquence, les Comités de Salut Public n’ont pas de chef au sens strict du terme, sinon pour les besoins de l’accession légale et légitime au pouvoir dudit Peuple. Les incapables ne sont pas indispensables. Comme président ou ouvrier. Pour certains postes la sagesse et l’intelligence sont plus indispensables que les diplômes. Au sein des C.S.P. toute étiquette d’appartenance à un parti, courant de pensée, religion ou profession de foi mais aussi simplement, homme et femme, est possible.
Débarrassés de tous les fardeaux, délestés des raisons de querelles —la couleur de peau, la langue, la propriété privée, les rituels pour exorciser la grande peur ancestrale, la mort— libres, égaux et fraternels, les membres des C.S.P. débattent autour d’une idée de société des hommes et des femmes qu’ils et elles veulent fonder. République L I B E R T É. Autant sur la grâce et le pardon universel qu’accompagné d’un constat froid de la réalité planétaire, notre héritage à gérer, les territoires qui se parcourent individuellement, les aspirations qui se découvriront au fur et à mesure que le jour se lèvera. Elle est d’urgence et de patience. Qu’il n’y ait ni riche ni pauvre ! République É G A L I T É. D’urgence pour celui qui est à la rue, sous les bombes ou sans pain. République F R A T E R N I T É. Elle est de patience pour se dépêtrer des nuisances actuelles. Elle est de fermeté d’affirmer ses buts et de ne point s’en détourner, l’Amour, la Paix, le Bonheur pour le Peuple Souverain.
En cela, le Comité de Concarneau, décida d’adopter ce texte en tant que préliminaire à la constitution desdits Comités. Nous savons à cette heure qu’un Comité de Paris se déclarera.

« France, terre des trois L. E. F., tu es bafouée. Certains des tiens cèdent des armes à l’Un tandis qu’ils vendent les prothèses à l’Autre qui en subit l’outrage. Où est l’application de la loi fondamentale de notre République  F R A T E R N I T É ? Mais ceux qui vivent en France ne sont bien heureusement pas tous comme ça. Ils ne veulent pas la mort comme la souffrance de l’Autre :
ils votent pour l’abolition des armes.
France, terre des trois L. E. F., tu es bafouée. Quelques-uns des tiens se sont servis de générations et de générations d’hommes, de femmes et d’enfants : ils ont fondé cette société sur l’esclavage puis le salariat et maintenant le crédit ! N’en ayant plus l’usage, aujourd’hui ils les délaissent dans la misère, avec cynisme. Où est l’application de la loi fondamentale de notre République É G A L I T É ? Mais ceux qui vivent en France ne sont bien heureusement pas de ceux-là. Ils ne veulent pas les douleurs comme la brutalité sur l’Autre :
ils votent pour l’abolition du travail.
La prise des « Bastille » quotidiennes ! Chacun devant sa télé, son ordi. Sa Conscience ? Son bureau ? Tout seul, en cellule, véhiculé ? Sa TUTURE, sa prison, son asile ? Sa torture ? Où est l’application de la loi fondamentale de notre République É G A L I T É ? Et pourtant personne ne le supporte ou y aspire. Tous communient en un sens évidemment communautaire, d’ouverture, de tolérance. Alors,
tous votent pour la destruction de tous les lieux d’internement, contre la discrimination sociale, raciale et intellectuelle !
Chacun rejoint les Comités qui se créent sur ces bases, les fameux Comités d’Arrondissements, de Villes, de Quartiers, de Rues qu’importe ! Celui qui est candidat est en dehors de cela un individu comme les Autres ou bien un opportuniste ! Soyons opportunistes ! Saisissons la perche qui nous est tendue, invisible et indicible. Notre vie et notre honneur en dépendent. De se déficeler des harnais culturels et sociaux, galamment, légalement : en créant les Comités de notre salut à tous, de ceux qui en ont marre qu’on leur parle d’autre chose que de ce qui les intéresse, les embarrasse, les tracasse, les agace.
Bâtir une communauté planétaire sur l’abolition des privilèges de l’argent,
Autour du droit inaliénable de circuler sur terre sans justificatif de nom ni de domicile,
Du droit inaliénable du confort moral et physique, un toit, de l’eau, de l’électricité gratuite, la mise en commun des outils comme celle des connaissances, fraternellement, de pouvoir créer plutôt que travailler, jouir plutôt que de produire ! »
Vive la République TERRE !

Didier SOMVONGS
( candidat opportuniste)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *