Cœur à barbe

cœur à barbe

minuit devait quitter
New York

le va-et-vient
des télégrammes
jet de fleurs l’orchestre sur
oulorsque deux trois éclairs
interviewaient
un oiseau rare chantant l’air
de ses lauriers

 


il lisait mes souvenirs mieux que moi-même

 

 


New York
éclat tenu secret

privé d’écrire une phrase
universelle
descendant Danube le
de vapeurdouze ans quatorze ans
dans l’indifférence d’un mouton au pâturage
en silence sous ses paupières

 

 

quatorzecoups
milledeux ans

créature auparavant muette
de sagesse
imperturbable indiscutable

 

extrêmement

palpitantesensationnelle
fanatiquelendemainde sa vie