3. La pandémie de papier

Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leur âme.
Machiavel, Le Prince

Les autorités médicales de nombreux pays ont admis de faire entrer dans la catégorie « Mort du COVID-19 » des cas-non-testés (non-validés) ainsi que des personnes mortes d’autres causes, mais ayant été en contact avec une personne affectée par le COVID-19.

Cette façon de calculer surestime potentiellement par un facteur de 10 le nombre de décès réels CAUSÉS DIRECTEMENT PAR le COVID-19.

Illustration hors-texte : Mais qu’attendaient-ils donc ?

5 exemples

ex.1 : (En Allemagne)
Voici quelques passages clés du rapport « KM 4 – 51000/29#2 »
remis au Ministère d’Intérieur allemand le 7 mai 2020
• La dangerosité de la Covid-19 a été surestimée : apparemment, à aucun moment le danger que représente le nouveau virus n’a dépassé le niveau normal.
• Les personnes qui meurent du coronavirus sont essentiellement celles qui, statistiquement, mourraient cette année, car elles sont en fin de vie et leur corps affaibli ne peut plus faire face à un stress quotidien aléatoire (y compris les quelque 150 virus actuellement en circulation).
• Dans le monde, en un quart d’année, il n’y a pas eu plus de 250 000 décès dus au Covid-19, contre 1,5 million de décès [25 100 en Allemagne] lors de la vague de grippe 2017/18.
• Le danger n’est évidemment pas plus grand que celui de nombreux autres virus. Rien n’indique que ce n’était plus qu’une fausse alerte.
• Un reproche pourrait aller dans ce sens : Lors de la crise du coronavirus, l’État a prouvé qu’il était l’un des plus grands producteurs de fausses nouvelles.
Profession Gendarme le 4 juin 2020

ex.2 : (Aux USA) nous avons adopté une approche très « ouverte » pour calculer le taux de mortalité. Si quelqu’un meurt AVEC le COVID-19, nous le comptons comme : MORT DU COVID-19.
Fox News TV, Dr Deborah Birx – Coordinatrice Task Force COVID-19 – Maison Blanche

C’est-à-dire que : quelle que soit la cause principale du décès (cancer, AVC, etc.), dès que le défunt est « porteur du virus », il sera comptabilisé dans les statistiques des… …DÉCÈS DU COVID-19, gonflant artificiellement les chiffres en période de crise. PourQuoi ?

ex.3 : (Au Québec) Furent classés « COVID-19 » sans n’avoir pas été tous testés les symptômes qui sont souvent similaires à la grippe. Dès que quelqu’un décède du COVID-19, tous les autres décès dans une même résidence seront automatiquement attribués au COVID-19 SANS FAIRE DE TEST.
Radio-Canada TV, Dr Horacio Arruda – directeur national de santé publique

Cette façon “créative” de compter les « morts du COVID-19 » qui est adoptée dans plusieurs pays comme l’Allemagne, l’Angleterre, la France et l’Italie, gonfle artificiellement le nombre de décès.
Elle a pour effet d’instiller la peur au sein de la population.
Radio-Québec

ex.4 : (En Italie) «La façon dont nous codons les décès dans notre pays est très généreuse en ce sens que toutes les personnes qui meurent dans les hôpitaux avec le coronavirus sont réputées mourir du coronavirus.

« Lors de la réévaluation par l’Institut National de la Santé, seulement 12% des certificats de décès ont montré une causalité directe du coronavirus, tandis que 88% des patients décédés ont au moins une pré-morbidité – beaucoup en avaient deux ou trois… »
Le Telegraph du 23/03/2020, Walter Ricciardi – conseiller scientifique du ministre italien de la santé

L’autre 88%, d’un ensemble de facteurs… PourQuoi les médias ont-ils caché cette information ?

ex.5 : (en France) Aujourd’hui les tests de dépistage du #COVID19 ne sont plus automatiques. Ils sont réalisés pour certains cas spécifiques. Les signes d’une infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés à respirer) suffisent à évoquer le COVID-19.
Twitter du gouvernement 21/03/2020



Pourquoi ne plus tester tous les patients avec symptômes ?
(…) Le décompte des cas ne se fonde plus uniquement sur les cas diagnostiqués biologiquement, mais sur des estimations épidémiologiques
Dans un communiqué provenant des ARS repris en boucle par les mairies, préfectures, professionnels de la Santé à partir du 17/03/2020

* titre emprunté à Alexis Cossette-Trudel, lanceur d’alerte québécois et animateur de Radio-Québec (cf. vidéo portant ce titre sur Youtube).

télécharger pQ n°1 du 4 juillet 2020 au format PDF
version prépresse (38,6 Mo)
version WEB (1,48 Mo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *