Manifestes Dada – Georges Ribemont-Dessaignes

MANIFESTE BACCARAT

DROITE Il faut payer la taxe
MILIEU

Aridité
Aridité
Aridité
Aritédi
Aritédi
Adirité
Aditéri
Atéridi
Atédiri
Riadité
Riatedi
Ridiaté
Riditéa
Riteadi
Ritédia
Et cætera.


Ce texte conservé au Fonds Tzara est un fragment du manifeste représenté au « Festival Dada » du 26 mai 1920 à trois heures de l’aprèsmidi salle Gaveau. La distribution en était la suivante :
Gauche : André Breton
Droite : Georges Ribemont-Dessaignes
Milieu : Tristan Tzara
M. Oxigénée : Philippe Soupault.
C’est le programme de ce festival qui porte la mention restée célèbre
« Tous les Dadas se feront tondre les cheveux sur la scène. »
On devait également y révéler le sexe de Dada. « Beau programme, celui de votre matinée qui montrera le sexe de Dada ( … ) », note Lugné-Poe qui continue en ces termes : « L’Esotérisme des haut-bois et celui du programme se poursuivent -puisque Georges Ribemont-Dessaignes, qui vit perpétuellement dans une 4°, 5° et 6° dimension, fera son manifeste joué par toute la troupe. Ardent et chauve, jeune, divers, le concrétisme de Georges Ribemont-Dessaignes indique la voie sur le programme que j’ai sous les yeux. » (Comœdia, 24 mai 1920).
Rappelons ici l’offre que fit Lugné-Poe aux Dadas d’examiner un de leurs textes pour être monté sur la scène du théâtre de l’Œuvre, ce qui aurait incité G. R.-D. à écrire Zizi de Dada (Francis Picabia, avec son sens habituel des formules, note dans Dadaphone : « Ribemont-Dessaignes a un jugement régulier; il est le magnétiseur de Zizi de Dada. »).
Mais relevons surtout dans le texte cité de Lugné-Poe le terme « joué » — jeu théâtral qui prend ici comme point de départ une suite de mots progressivement privés de toute signification rejoignant ainsi cette « inanité sonore »et cet « insignifiant absolu » qu’André Gide se plaisait à trouver dans le mot de dada mais « dans ce seul mot » (Dada, N.R.F., avril 1920). De plus, ce terme fait bien apparaître un des éléments essentiels de ces manifestations : celui de la représentation théâtrale (la participation des spectateurs étant assurée au moins sous forme de cris, d’insultes ou de rires).
Il était donc normal que l’influence de Georges Ribemont-Dessaignes, homme de théâtre, se fasse ici particulièrement sentir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *